Volume, encore !

rdoeL’Union Européenne a supprimé l’interdiction de plantations de vignes dès 2016. Ce dispositif avait été adopté pour supprimer les excédents supposés et les « producteurs non compétitifs » : il s’est révélé aberrant et a conduit à une sous production au sein de l’UE, à l’incapacité de suivre la croissance des exportations mondiales.

Il n’a pas réglé pour autant les plantations sauvages dont la Commission réaffirme la nécessaire éradication (sans en préciser les moyens). Cette évolution n’est en aucun cas une libéralisation ; elle ne s’adosse pas non plus à des objectifs de croissance économique. L’Europe ne peut à ce point se substituer à la stratégie de ses membres d’autant que beaucoup en sont dépourvus !

Ainsi seul 1% d’augmentation des superficies existantes sera accepté : pour la France seuls 8 000 ha pourront être plantés (il devrait être impossible de refuser des demandes tant que ne sera pas atteint ce plafond). Mais les AOC comme les IGP peuvent se défaire de cette règle si il existe un risque avéré d’offre excédentaire ou de dépréciation … le choix des détenteurs de ces droits supplémentaires ne sera pas simple si le volume des demandes dépasse les 1% car aucune règle précise n’existe !

Bref, en voulant ménager chèvre et chou, face à des exigences et des intérêts contradictoires, l’Europe a ouvert une phase de désordre potentiel.

En attendant, un guichet unique est ouvert (cliquer ici) pour effectuer une demande avant le 1er mai (réponse au plus tard le 1er août suivant).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


neuf − = 3