Les lobbies et le vin (2)

Image1Dans un face à face souvent houleux et judiciaire avec l’ANPAA, Vin & Société s’est constituée en association loi 1901 en 1991 et se veut depuis 2004 une « structure opérationnelle ». Il n’est pas facile de connaître son budget* et sa maîtrise parfaite d’internet et des réseaux sociaux semblent empêcher toute critique. Il faut dire qu’elle regroupe en une unanimité rare, tous les acteurs de toutes les filières : les 22 organisations professionnelles régionales et les 7 nationales.

2UMVIN : Union des Maisons et marques de Vin (négoce), ANIVIN : production de vin de France, CCVF : Confédération des Coopératives Vinicoles de France, CFVDP : Confédération Française des Vins De Pays, CNAOC : Confédération Nationale des producteurs de vins et eaux de vie de vin à Appellations d’Origine Contrôlée, CNIV : Comité National des Interprofessions des Vins et VIF : Vignerons Indépendants de France.

Présidée par un producteur (Joël Forgeau, Muscadet) et dirigée par Audrey Bourolleau (Déléguée Générale, ex-Directrice des Côtes de Bordeaux), elle se donne pour mission de « transmettre les valeurs du vin, de défendre ses atouts socio-écono­miques et de promouvoir une consommation qualitative et responsable ». Message au final pas très éloigné de celui de l’ANPAA, avec laquelle pourtant, elle ne cesse de croiser le fer.

Suractive sur le net (voir par exemple la campagne ce qui va vraiment saouler les français), elle s’appuie sur l’image du vin, son aura culturelle et médiatique pour délivrer des message ultra positifs, s’opposer à toute initiative de l’ANPAA sans éviter parfois de tomber dans une caricature inverse :

3

*mes demandes par mails (les 07/10 auprès du service presse et 03/11/14 auprès de la Déléguée Générale) sont restées sans réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


quatre × 4 =