Le lait, thermomètre de l’agriculture française

S'en sortir par le haut

Fake news ?

Il convient de commencer par un paradoxe un peu fou : imaginez un patron en grève, bloquant sa propre usine parce qu’il ne gagne pas à assez d’argent ; attention, il ne s’agit pas d’un salarié mais bien du propriétaire qui reproche à son directeur de lui verser un revenu ne lui permettant même pas de vivre de son travail. Impossible ?

Des producteurs manifestent devant leur coopérative pour exiger une négociation sur le prix auquel celle-ci leur achète leur lait. Une coopérative appartient à ses adhérents ; ils élisent des administrateurs qui siègent dans un Conseil d’Administration lequel valide la stratégie et donc le niveau de rémunération. Pourtant ils laissent leurs cadres fixer des prix en dessous des coûts de revient.

Certes la situation est plus complexe, ces groupes coopératifs dérivant souvent vers l’agro-industrie et le négoce.

Mais ce n’est pas fini : les producteurs de lait ne s’en sortent pas et ce de façon récurrente alors même que le monde manque de beurre … produit dérivé du lait, rappelons-le.

Stocks et cours en berne d’un côté, sous-production et prix qui flambent de l’autre.

Une telle incapacité d’anticipation laisse songeur d’autant que FranceAgrimer publie statistiques, études et prévisions de marché.

Il convient de conclure par une évidence sans cesse déniée, à donc toujours répété : un agriculteur doit vivre du fruit de son travail en vendant ce qu’il produit. Il peut aujourd’hui y arriver dans toutes les filières s’il se connecte aux consommateurs en circuits courts.

Brûler des pneus, bloquer des coopératives, dresser la grande distribution en bouc émissaire n’y changent rien ; pas plus d’ailleurs que confier son avenir à des organisations qui copilotent l’agriculture en s’accrochant aux modèles passés.

S’ouvrir, créer, innover et monter en gamme pour valoriser, protéger environnement et santé, … voilà de bien meilleurs projets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


trois − = 0