Inno’vin 2015

Image2L’intervention d’Alain Rousset, Président du Conseil Régional Aquitaine, lors de l’Assemblée Générale d’Inno’vin (revoir ici la présentation du cluster créé en 2008*) a eu le mérite de contextualiser l’économie de la filière viticole.

Le vin reste le premier vecteur d’image de l’Aquitaine, au delà même de sa place économique et sociale majeure : il fait rêver, déclenche la passion comme aucun autre produit, induit des évolutions considérables.

La viticulture comme toute l’agriculture, doit passer d’une « économie de cueillette » à une « économie de l’innovation », processus engagé mais non encore abouti : la filière ne peut passer à côté de la recherche et de son application, depuis la robotisation et le machinisme, le design, l’écologie, l’orientation de la plantation, l’export jusqu’à l’impact des évolutions climatiques.

En effet le réchauffement déjà inscrit dans le temps, aura des conséquences sur l’environnement et sur la typicité des vins : comment garder l’identité du terroir alors que la température du sud ouest se rapproche de celle du sud de l’Espagne ?

Enfin, la nouvelle grande région Aquitaine – Charentes Poitou – Limousin rassemble deux vignobles de poids, Bordeaux et Cognac, complémentaires : trouver des synergies, faire communiquer et travailler ensemble des acteurs différents, des métiers qui ont peu l’habitude de se croiser, investir toujours dans la recherche et le développement semblent être les axes de réflexion et d’action.

Comme un écho à cette stratégie engagée depuis plus de 15 ans, le dépôt de brevets a progresser de 74 % en Aquitaine sur la dernière décennie (contre 10 % au niveau national), un rattrappage du retard passé mais aussi une dynamique volontariste.

*Inno’vin c’est 115 adhérents, 85 % d’entreprises – 2 000 emplois – 450 millions d’€ de CA (30 % à l’export) – budget 263 000€ dont 58 % de financements privés – 7 projets labellisés + 24 accompagnés et financés en 2014.

Présentation flash de 7 thèses d’étudiants de l’ISVV (Institut des Sciences de la Vigne et du Vin, site ici) :

-flavescence dorée, menace mondiale de la plante vigne (étude génétique visant à la limiter l’épidémie),

-effet de la nutrition azotée sans les effets négatifs de la molécule : protocole de pratique viticole et sélection clonale et végétale, permettant de sur exprimer un arôme (de pamplemousse),

-la variabilité de la taille de la baie et ses conséquences œnologiques : petites et grosses baies ont-elles vraiment un potentiel différent ?

-le bouquet de vieillissement des rouges de Bordeaux : représentation mentale, signature olfactive, composés aromatiques chimiques, reconstitutions aromatiques et nouveaux composés,

-nouveaux précédés de stabilisation ; projet de recherche alternative aux produits intrants (SO2) : rayonnement UV, ultra sonication, chauffage ohmique et médias filtrants,

-recherche et identification des déterminants moléculaires responsables de la sucrosité et de l’amertume des vins secs, influence des pratiques viticoles sur leur perception,

-effet neuroprocteurs des stilbénes de la vigne : effets préventifs, curateurs et réparateurs du stilbène sur la maladie de Parkinson (et autres AVC, vieillissement, etc.).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


neuf × = 18