Gel : des bilans toujours aussi prudents que provisoires

S’il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, il convient aussi d’éviter de crier avant d’avoir mal ! Petit rappel : »En attendant la floraison, les représentants du vignoble se montrent pour le moins réservés sur les impacts productifs du gel. Entre les vignes touchées repartant mieux que prévu, et des vignes que l’on imaginait épargnées qui dévoilent des dégâts conséquents. » lire la suite ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


quatre × 3 =