Faut pas Poussart !

Rémy Poussart

Rémy Poussart

C’est un drôle de journaliste belge (évidement) qui bouscule tous les codes et s’en amuse : très peu de médias relaient son guide (il suffit pour s’en convaincre de Googliser son nom) qui pourtant démontre depuis 3 ans (pour les millésimes 2007, 2008 et aujourd’hui 2009) que l’étiquette, la réputation et le prix ne veulent plus dire grand chose. Les meilleurs vins ne sont donc pas là où on les attend ; si le constat paraît pour beaucoup, une évidence, Rémy Poussart le prouve, dégustation à l’appui (et en ayant acheté la plupart de ses bouteilles !).

Remercions Sud-Ouest de mettre dans la lumière ce trublion intelligent qui affirme que « beaucoup de crus classés sont connus de tous comme n’étant pas bons, il faut bien le reconnaître. Je pense que beaucoup de producteurs se réfugient derrière un nom et un terroir réputé pour ne pas faire les efforts qu’ils devraient faire. Croizet-Bages, Cantemerle, Camensac, même la Lagune, c’est de plus en plus mauvais je trouve. »

Ça balance et on en redemande : « pour faire nos guides, on ne goûte que des vins qui sont déjà en bouteilles, pas des échantillons tirés sur fûts ou sur cuves » ; les journalistes du vin… « pour moi c’est une confédération lamentable, pleine de pique-assiette et de gens malhonnêtes. »

1

Lisez donc l’interview complète ici. Et pour être complet et honnête, les deux autres seules références au guide trouvées sur le net : Alexis Sabourin (ici) et Vin Québec (ici). Vous pouvez aussi le commander directement sur son bizarre site ici !

One comment

  1. Vin grand cru dit :

    Bonjour,

    Vous trouverez également un article intéressant au sujet du classement de 1855. Est-il encore légitime ? C’est pas certain en revanche il fait parti de notre histoire.

    http://atouchoffrance.fr/blog/gastronomie/classement-1855-vins-bordeaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− 2 = un