Export 2015

Comme souvent, les chiffres de l’export de vins français laissent songeur…

Image3

Continuant sa chute en volume, les ventes poursuivent leur croissance en valeur : si on ne considère que les vins tranquilles, hors champagne et effervescents, la situation frise la catastrophe.

Depuis trois ans, dans un marché à minima stable et au mieux en croissance, les vins français ne profitent ni d’un taux de change ultra favorable qui explique en grande partie la hausse des prix.

Image5

Si on extrait le « cas chinois », sorte d’arbre qui cache parfois la forêt et à l’exception notable des États Unis qui rattrapent un retard décennal, tous les pays se ferment de plus en plus à nos produits.

Image4

192 millions de bouteilles n’ont pas trouvé preneur sur cette période. Sans surprise, les grandes zones d’AOC sont à la traine (Bordeaux -2,8%, Languedoc Roussillon -10%, Bourgogne -2,3% et Beaujolais -7,6%) à l’exception du Rhône +14%%) et de la Loire (+2%).

Ce qui interpelle face à la publication récurrente de ces données reste l’absence d’analyse contextuelle de cette sous performance française et de plan ou de perspective de relance.

Avec 14 millions d’hectolitres exportés, la France perd surement une dizaine de millions d’hl de potentiel … laissant le leadership mondial à ses voisins européens ; mais cela ne paraît émouvoir ou choquer personne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


huit + = 16