Crise sanitaire ?

2

1

Voir ici le site de Réussir Vigne.

Pour approfondir encore le sujet, les filières viticoles ne devraient-elles pas se poser la question d’une menace à court terme d’un retentissant scandale sanitaire : depuis des années, se multiplient les reportages et émissions journalistiques, les livres et documentaires* autour des problèmes d’environnement et de production.
En 2009, la phase 1 d’une étude pour le Syndicat Mixte des Rivières du Beaujolais**, démontrait l’existence d’un « indice de pression phytosanitaire très élevé  » ; elle concluait que « les zones les plus vulnérables se situent (..) dans les parties intermédiaires des bassins versants du fait (…) de l’importance de la part des vignes ».
Aujourd’hui, des procès s’ouvrent autour de la reconnaissance des « victimes » liées à l’utilisation abusive des pesticides. Les transferts dans le produit final consommé ne sont plus à prouver.
Les démarches biologiques ou raisonnée permettent d’ouvrir des perspectives d’avenir. A Bordeaux, le CIVB a lancé un vaste programme d’adhésion des vignerons au Système de Management Environnemental et à la normalisation ISO 14001. Cette initiative massive est la plus intéressante porte de « transition » d’un modèle productiviste chimique vers une approche mieux maîtrisée et durable de la production.
Mais sans plan national volontariste, sans communication vers le public, sans contre feu efficace à l’écume médiatique trop souvent simplificatrice et négative, ne se dirige-t-on vers un immense gâchis d’image ?
* »Vino business », Spécial investigation, articles dans Libération, émission sur France Culture pour ne citer que les plus récents
**lire ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


cinq + 7 =