Un classement très contesté

indexDans son numéro du 10 août dernier, l’Express présente une étape de ses « spécial été – vignobles de France » au cœur des Côtes de Provence. Au delà d’une ballade touristique et des quelques repères économiques, un encart attire le regard : en 1955, un arrêté ministériel autorise 23 vignerons à utiliser la mention « cru classé ». Cette poignée d’élus (moins de 8% des exploitants de l’époque) se voit reconnaître alors même que l’AOC Côtes de Provence n’existera que 22 ans plus tard !

Une bataille juridique a opposé depuis 1943, les Provençaux aux Bordelais mais l’INAO, la préfecture de région et au final l’état soutiennent cette initiative. Ce qui interpelle dans le classement est l’absence de critère qualitatif : seuls sont exigés la mise en bouteille à la propriété, la mise en marché après 18 mois de « conservation », l’utilisation d’une marque ou d’une AOC antérieure à 1935 ET la vente directe. Des items économiques et commerciaux donc !

Ce classement immuable depuis concerne aujourd’hui 18 propriétés et malgré un bon en avant qualitatif, n’a jamais été remis en cause…

Voir ici le site lexpress.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ 8 = treize