Ce qui nous lie

Ce qui nous lie : la vigne, le vin et la vie

 

Parfois, il faut se laisser envahir par l’émotion même si rien ne la justifie, même si elle se limite à une impression forte, fugace, qui nous étreint et puis s’en va. Enfin un film qui montre de vrais vignerons, loin de ceux qui vous jettent leur argent, leur nom à la figure, loin des buveurs d’étiquettes, des faiseurs de mots incompréhensibles, de ce verbiage technico-savant qui éloigne tant les consommateur du plaisir de boire.

Beaucoup de sujets sont évoqués avec sensibilité : les difficultés à transmettre face à la spéculation foncière et à la prédation, le travail du chai et de la vigne, complexe, précis mais aussi répétitif que le rythme des saisons, la prise de conscience environnementale face aux excès et aux ravages sanitaires du chimique, l’internationalisation du vin, etc. S’il manque l’aspect commercial de cette activité, c’est bien la jeunesse qui prend ici le pouvoir et offre une perspective infinie du métier.

Une scène illustre l’esprit qui inonde les 113 minutes du film : un des producteurs envoie enfin promener son richissime beau-père en reprochant de recracher le vin lors des « dégustations » : « c’est mon grand-père qui nous a appris ça, y’a que les vignerons mous qui le font ».

A consommer au cœur de cette canicule et de ce millésime si difficile comme une bouffée d’air pur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


1 + = huit