Bordeaux, la côte d’alerte (suite)

Si Bordeaux glisse en volume (-2,4% sur les 12 derniers mois, -5,7% en 2013) et décroche en valeur, il le doit d’abord à trois phénomènes :

-le recul des châteaux par rapport aux MDD (marques de distribution) et dans une moindre mesure des marques nationales;

Image1

-un poids promotionnel qui reste très au dessus de la moyenne du marché et des autres AOC :

Image2

-les prix exorbitants des grands crus (60€ la bouteille en 2012 !) qui ont fini par casser les ventes en foires aux vins (ici en milliers de litres):

Image3

En laissant se détériorer ce qui peut apparaître comme les bases de la vente en grande distribution, Bordeaux traverse plus qu’une simple crise conjoncturelle dans ce réseau : image, niveau de prix, volume, plus rien de positif dans les items de la vente.

Sources : IRI, CIVB ; infographies : Rayon Boissons

One comment

  1. […] vraie réussite quand on sait la chute des ventes de grands crus depuis deux ans (voir article : http://nemesis-fc.fr/bordeaux-la-cote-dalerte-suite/) et l’arrivée de millésimes moins porteurs que 2009 et […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


trois − 1 =