Bordeaux, grand perdant de la guerre des salons ?

La presse bruisse (lire ici l’article des Echos), la guerre des salons se rallume. L’affaire qui l’embrase à nouveau : Vinexpo s’installe à Paris… les années paires, laissant à son édition bordelaise, les années impaires. Étrange décision que de doubler le salon, entend-on, alors même que le constat qui la fonde réside dans la sur multiplication des évènements professionnels, à une concurrence exacerbée. Étrange encore quand l’autre justification de cette évolution tient dans une date inadéquate (le mois de mai) qui au final ne changera pas… à Bordeaux ! Vinexpo Paris lui, se tiendra en janvier dans un choc frontal avec Prowein et Vinisud (devenu lui aussi annuel).

Étrange enfin de voir la fréquentation de Vinexpo Bordeaux s’effondrer (-15% en 2017) sans que soient attaquées les causes de la chute : accessibilité insuffisante, accueil à revoir, date inadaptée, coût et recul du business.

Vinisud lui, fort de son rachat par Comexposium (filiale de la Chambre de commerce et d’industrie de région Paris – Île-de-France et du fonds Charterhouse), fusionne avec Vinovision Paris pour offrir 8 jours de rencontres pros à Paris (salon 12 au 14 février et rencontres d’affaires du 14 au 17 février) et Montpellier (salon du 18 au 20 février) !

Enfin Prowein qui a « écrasé » Vinexpo en 2017 (60 000 visiteurs et 6 400 exposants contre 40 000 et 2 300 !) attaque la Chine pour contrer le développement international de son concurrent (présent en Chine, au Japon et aux Etats Unis).

N’en jetez plus, la coupe est pleine. Mais gageons que Bordeaux aura du mal à faire face à un tel déferlement et à conserver son salon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ deux = 8