Bashing (suite)

A l’occasion des primeurs, Michel Rolland en remet une couche … revoir ici l’article « Who is Bashing Bordeaux ? »

michelelaroquetopvin-672x500-c-centerLe dénigrement des crus bordelais par certains critiques, à son paroxysme lors des primeurs, exaspère au plus haut point l’œnologue bordelais.

Le millésime 2015, déjà précédé d’avis très flatteurs, est-il un antidote au « Bordeaux Bashing » ? La question fait bondir Michel Rolland : « Il n’y a pas d’antidote à la connerie. Elle est de plus en plus monumentale. Pour moi, 2015 est un très grand millésime. Il y a trop de cons pour s’en apercevoir. On s’en apercevra dans dix ans, comme d’habitude. On est dans un monde sans couilles, on vit avec des sans couilles. Point à la ligne. Il n’y a pas un journaliste qui s’en apercevra. De toute façon, il n’y a pas un journaliste qui a du poids dans le monde aujourd’hui. On n’en a rien à cirer des journalistes. Ça n’a rien à voir avec le marché. Ils peuvent dire, écrire et penser ce qu’ils veulent, tout le monde s’en fout comme de l’an quarante ! Quand ils sauront ça, peut-être commenceront-ils à devenir humbles. Pas à devenir intelligents, car ce sera difficile, mais à raisonner différemment. »

Laura Bernaulte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


sept − 3 =