500 ans d’utopie (5)

7Au cœur de l’île d’Utopie, se dévoilent des valeurs organisée parfois de façon étrange pour notre regard du XXIème siècle mais qui posent des fondations sociales trop souvent oubliées : une égalité totale, absolue, un égalitarisme (qui nourrira la philosophie communiste) que compense une modernité donnée à tous. La communauté se lie donc par le bien commun, un service public accessible avec priorité à la santé (Thomas More imagine les premiers vrais hôpitaux) et à la culture.

En 1516, il préconise une journée de 6 heures de travail pour laisser le temps d’apprendre !

Il place comme mal principal de la société, la notion même de propriété qui est donc absente d’Utopie ; si l’histoire montre combien a échoué cette idée pure, elle garde une pertinence incroyablement actuelle quand elle impacte la morale d’état. L’état doit obéir à la même morale que les particuliers. Ainsi, s’il commerce avec le monde, il reverse un septième des exportations aux pauvres du pays client.

« J’oppose à ces usages ceux de tant d’autres nations toujours occupées à légiférer sans être pour autant mieux gouvernées ; où chacun nomme sien ce qui lui est tombé dans les mains, où tant de lois accumulées sont impuissantes (…). Un seul et unique chemin conduit au salut public, à savoir, l’égale répartition des ressources.  »

Aujourd’hui bien sur, est venue s’ajouter la notion à l’époque peu présente de liberté individuelle et l’approche naturaliste (retrouvée aux temps des lumières chez Rousseau par exemple) peut paraître naïve.

Mais de cette forme d’état, peut se retenir une volonté permanente et en marche du bien et du partage.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× 4 = trente deux