Archive for 29 juin 2016

logo-M-BLOGSPrès de cinq mois après la diffusion de Cash Investigation sur l’usage des pesticides en France, la situation semble évoluer dans le sud-ouest. En Gironde, département pointé du doigt comme l’un des plus grands utilisateurs de pesticides, les citoyens se mobilisent plus que jamais et les institutions semblent témoigner de manière plus claire de leur volonté d’agir.

Lire l’enquête ici.

Bordeaux fête le vin

COULEUR VECTOLes 10 chiffres clé de l’édition 2016 (tels que fournis par l’organisation)
-650 000 visiteurs (500 000 attendus)
-57 000 Pass-Dégustation vendus (+8% par rapport à la précédente édition 2014)
-612 Pass-Vignobles vendus
-6 567 personnes (+9%)ont assisté aux sessions proposées sur le Pavillon par l’École du Vin de Bordeaux et 6446 personnes ont participé aux animations individualisées sur le forum ; 1 943 personnes (+20 %)ont été formées sur les différents Pavillons des appellations.
-Facebook : la page «Bordeaux Fête le Vin» compte désormais plus de 14 307 fans dont 2 038 supplémentaires en juin. Le compte Twitter est suivi par 4 500 followers dont 350 supplémentaires en juin. Le hashtag #BFV2016 a été utilisé plus de 4 500 fois durant les trois premiers jours de l’événement. Une portée
potentielle de 20 millions de personnes.
-Budget de 2 475 000 €
-Plus de 1 000 vignerons et négociants présents sur 4 jours
-320 journalistes français et étrangers accrédités
-500 personnes contribuant à l’organisation
-80 entreprises locales impliquées
-Plus de 150 000 dégustations servies dans la journée de samedi 25 juin.

A 2018… lire le communiqué de presse complet ici.

Brexit : quelles conséquences pour le vin ?

michelelaroquetopvin-672x500-c-centerLe Royaume-Uni quitte l’Union Européenne. A 51,9%, le peuple britannique en a décidé ainsi. Au-delà de l’émotion de la rupture, quelles sont les conséquences économiques prévisibles pour le marché du vin ?

Le Royaume-Uni est le deuxième importateur de vins au monde en valeur (derrière les États-Unis) et en volume (derrière l’Allemagne). Pour les vins français, c’est un marché-clé, en particulier dans le très haut de gamme, grands crus bordelais et champagnes en tête. A l’entrée de gamme, les Australiens et les Chiliens l’ont emporté depuis belle lurette et le poids des enseignes de grande distribution a fait sortir les vins français du bas des rayons. Et pourquoi pas ? La grande distribution britannique, féroce négociatrice, n’est pas nécessairement recommandable pour le producteur artisan et/ou à l’entrée de gamme.

En revanche, aujourd’hui la livre a dévissé de 8% par rapport au dollar et à l’euro, à l’annonce des résultats du référendum sur la sortie de l’Union Européenne. Cette réaction des marchés internationaux peut n’être qu’épidermique : à suivre. Mais si la baisse de la livre se confirme (elle est au plus bas par rapport au dollar depuis 1985), ce taux de change n’incitera pas les acheteurs britanniques à plus de générosité avec leurs fournisseurs, au contraire. En ce qui concerne la grande distribution, elle est connue pour faire assumer les augmentations de taxes et aléas monétaires aux producteurs.

Concurrence par le prix lire la suite

Compétitivité

Publiée en avril, l’étude bisannuelle de France Agrimer sur les « facteurs de compétitivité sur le marché mondial du vin » est passée totalement inaperçue : pourtant et comme à chaque édition, ses données statistiques (suivies depuis 2001) sont passionnantes et riches d’enseignement ; vous pouvez les retrouver en détail et analysées ici.

Le verdict reste, pour la France sans appel.

Image1

Le vrai « french paradox » ne cesse de s’affirmer depuis 2001… pays toujours très compétitif, la France a vu se dégrader un seul des 6 groupes de critères, celui qui porte sur l’aval, le commerce.

Incapable de faire évoluer en conséquence sa stratégie, elle a cédé à la tentation de l’équilibre de la demande par l’offre en réduisant surfaces et rendements. Elle perd ainsi des capacités de rentabilité économique et de volume pour reconquérir le terrain perdu.

Cet effet ciseau dénié par la majorité des décideurs et des producteurs pourrait être la base d’un débat d’idées salutaire, d’un compromis pour renouer avec la croissance.

Diriger l’entreprise, une équipe

Image1

Depuis deux ans, je travaille sur le « management » dans le but d’améliorer les relations et les conditions de travail ; ce tableau résume les différentes approches passées et ma proposition de co production d’un modèle de direction. Si la démarche vous intéresse, n’hésitez pas à me contacter.

campagnebordeauxbordeauxsup-672x500-c-centerUne nouvelle identité pour les AOC du groupe Bordeaux portée par l’ODG … à découvrir sur le site de Terre de Vins (ici) et sur le nouveau portail planete-bordeaux.fr et à commenter.

Rapport d’activités 2015 du CIVB

Première interprofession de France, le CIV Bordeaux présente de façon toujours assez claire son bilan annuel (consultez ici le document complet).

Image2Vous pouvez notamment découvrir les éléments budgétaires globaux et le détails des investissements promotionnels :

Image1

Vinisud passe en force

Image1Où s’arrêtera Vinisud ? Après avoir élargi son offre aux vins de Bordeaux, ce qui a – semble-t-il – eu la peau de Vinipro, le salon a décidé de se tenir tous les ans : avec cette volonté de devenir un acteur majeur des manifestations professionnelles, Vinisud attaque frontalement Prowein en avançant de 15 jours ses dates (du 29 au 31 janvier 2017)… sans s’embarrasser de Millésime bio (1er rendez-vous mondial des vins biologiques) qui se tenait jusque-là au même endroit (le parc des expositions de Montpellier) à ce moment-là. Ou plutôt, en proposant aux bios de se fondre dans une seule et même manifestation.

Refus courroucé de ces derniers qui du coup, déménage à Marseille, au mépris des subventions accordées par la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées ! En attendant, cette volonté hégémonique (?) fait aussi de l’ombre aussi à Vinexpo 2017 ! Le créneau des rencontres « business » où l’on vend vraiment, commence à se tendre dans une guéguerre concurrentielle franco-française.

Ça monte toujours (fin)

michelelaroquetopvin-672x500-c-centerPour ceux qui le souhaitent, retrouvez les prix HT (tous en fortes hausses) des principaux primeurs grâce à Terre de Vin : cliquez ici. Quelques exemples : Château Haut-Brion 2015 (Pessac-Léognan, 1er Grand Cru Classé, Cru Classé de Graves) 450€, Château Haut-Brion blanc 2015 (Pessac-Léognan) 690€, Le Clarence de Haut-Brion 2015 (2nd Vin du Château Haut-Brion rouge) 95€, La Clarté de Haut-Brion 2015 (2nd Vin du Château Haut-Brion blanc) 69€…

La Cour des comptes condamne la « tolérance » de l’Etat sur l’alcool

640px-Lemonde_fr_2005_logo.svgLes politiques publiques de lutte contre les consommations nocives d’alcool en France sont peu efficaces en raison de la « tolérance » générale vis-à-vis de ce produit, écrit la Cour des comptes dans un rapport, publié lundi 13 juin.

« L’Etat ne s’est pas donné les moyens d’infléchir les comportements à risque », affirme l’institution, qui suggère de modifier la fiscalité, la réglementation de la distribution, du lobbying et de la publicité et de développer le contrôle et les sanctions de la conduite en état d’ivresse.

(…)

La Cour juge également que la fiscalité « ne vise ni des objectifs de rendement, le vin, boisson la plus consommée, étant très peu taxé, ni des finalités de santé publique ».

Lire l’article complet ici.