Archive for 31 mars 2016

Alain Juppé : « Bonne chance à Beaune »

michelelaroquetopvin-672x500-c-centerLe maire de Bordeaux et candidat à l’élection présidentielle constate que la Cité du vin de Bordeaux suscite des « convoitises » mais préfère positiver.

« Décembre 2017 verra la pose de la première pierre de la Cité des vins de Beaune ». C’est l’annonce faite par le maire de la ville Alain Suguenot, lors de la soirée organisée par les négociants bourguignons dans le cadre des Grands jours de Bourgogne le 24 mars. Comment ce projet est-il accueilli du côté de la mairie de Bordeaux dont le maire, Alain Juppé, a été le premier à initier une Cité du Vin à Bordeaux ? C’est Alain Juppé en personne qui répond. Ce matin, dans le cadre d’un « shooting » organisé par Terre de vins avec le maire de Bordeaux et candidat à l’élection présidentielle, dans la perspective d’un hors-série qui sera totalement dédié à la Cité du vin de Bordeaux et diffusé dès le mois de juin, ce dernier s’est montré beau joueur. A la question « Auriez-vous préféré que Beaune joue collectif et rejoigne le projet bordelais où chacun peut-il jouer sa partition », sa réponse a été claire:  » Il y a de la place pour tout le monde. Bonne chance à Beaune ! On essaiera de développer les relations entre les deux Cités. Cela prouve une seule chose, c’est que la nôtre est attractive, qu’elle suscite, j’allais dire, des convoitises. En tout cas… des imitations ».

Pour rappel, la Cité des vins de Beaune doit s’étendre sur 4 500 m² avec pour ambition de délivrer les mess de la Bourgogne de façon ludique et vivante. Un budget de 50 millions environ est annoncé; Celui de la Cité du vin de Bordeaux, dont l’ouverture est programmée pour début juin, s’élève à ce stade à 81 millions d’euros. Rodolphe Wartel ; lire ici le site de Terre de Vins.

Chiffres

Il est toujours très instructif de regarder en face certaines données et de les suivre dans le temps ; dans le dernier rapport de Business France sur la compétitivité export de la France (lire ici).

Où l’on voit que la France reste le deuxième pays le plus attractif d’Europe pour les investisseurs mondiaux :3

Tout en étant de moins en moins performant à l’exportation :4

Marie Brizard story

1604373140Créée il y a plus de 260 ans, l’entreprise Marie Brizard a connu bien des transformations. Plongée dans les archives de « Sud Ouest » pour revivre son épopée, à l’heure où la société quitte ses locaux historiques de la rue Fondaudège.

Lire ici.

Comment va Bordeaux

Le CIVB a présenté son bilan économique 2015 : les sorties volumes ont baissé de 2% (à 4,788 millions d’hectolitres) présentant un plus bas depuis au moins 20 ans.

Les deux piliers de la commercialisation présente des situations contrastées : en France où les ventes de Bordeaux à un niveau bas, la grande distribution poursuit son effondrement (quasiment 1/4 de moins en 5 ans).

Image1

Ventes en grande distribution

L’export sans être brillant, semble se porter moins mal : malgré un léger recul, il se maintient au dessus des 2 millions d’hl…

viti_vin_exportations_vins-bordeaux_10ans

Mais la Chine depuis son explosion de 2009-10; fait à elle seule le baromètre de Bordeaux : avec +31% en 2015, elle dope artificiellement un résultat autrement catastrophique.

1

Si on ôte les 479 000hl écoulés en Chine et que l’on compare les 1,55 millions d’hl avec les 2,21 millions vendus en 2001, on mesure la perte d’influence de Bordeaux dans le monde alors que dans cette période, le marché mondial a cru de 60% !

Reste la valeur :

viti_vin_exportations_vins-bordeaux_10ans

Mais là encore l’arbre chinois a du mal à cacher la forêt mondiale… Pourtant l’optimisme règne dans la filière : « 2016 sera bien meilleure que 2015 », assure Bernard Farges, président du CIVB. La faiblesse de l’euro (pourtant déjà au plus bas en 2015), la hausse des disponibilités, la Chine et le millésime 2015 « magnifique », « attractif et attendu » par les marchés, justifient cette position.

Prowein, encore !

Décidément, on cause autour des salons ! Merci à Régis Chaigne d’avoir attiré notre attention sur cette article, où comment l’on perçoit les salons du point de vue anglo-italien !

Image1Comment les petits producteurs peuvent tirer le meilleur parti des grands salons ? par Reka Haros*

L’année dernière, j’ai déjà donné mon opinion sur les salons professionnels et de leur manque de service, je ne prévoyais pas donc d’écrire un autre article sur le sujet jusqu’à ce que j’ai innocemment tweeté « tout le monde est si content d’aller à Prowein 2016 ; je suis si heureuse de ne pas y aller #Quoideneuf ? »

Permettez-moi d’abord vous expliquer pourquoi j’étais heureuse de ne pas me rendre à ProWein.

Les raisons sont multiples et personnelles. En tant qu’acheteuse, je me suis rendu compte que les salons sont tout simplement épuisant. Vous avez des gens à rencontrer, des vins à déguster, des dîners, vous courrez partout, et à la fin de la journée il vous reste juste mal aux pieds et du bruit plein la tête. Voir des amis et échanger des idées dans le cadre d’une foire trépidante n’a tout simplement pas la même valeur que de faire les mêmes choses à l’extérieur de ce contexte. Mais c’est une opinion toute personnelle. Beaucoup de mes collègues ne seront pas d’accord avec moi, bien sûr. Il s’agit de différences d’intentions et d’intérêts. Je ne cours pas après les clients, mais il est parfaitement normal que d’autres le fassent. lire la suite

Prowein, etc.

Il est intéressant de dresser un bilan chiffré et comparatif de Prowein : 55 000 visiteurs venus de 123 pays et 6 200 exposants de 57 nationalités (dont 1 300 français, deuxième délégation derrière les italiens 1 500) placent le salon en tête des évènements viticoles européens (et probablement mondiaux).

Image1

On peut aussi comme Rayons Boissons (voir ici), se balader dans les allées à la recherche de nouveautés.

Mais le constat est bien moins positif … lire la suite

Livraison vins au profit de la banque alimentaire

2La Banque Alimentaire de  Bordeaux et de la Gironde (BABG) organise les vendredi 29 et samedi 30 avril 2016, dans ses locaux, rue Bougainville une vente de vins.
Les vins que vous pourriez offrir pour cette vente (bouteilles mal étiquetées, emballages défectueux, fins de lots inadaptés à la vente,  etc..) permettront la réalisation du programme d’investissements de la Banque (transpalettes, chariots, pallbox plastique).Si vous souhaitez participer à cet appel aux dons, vous pouvez contacter :
Charles Brossier – 07 86 51 97 70 – charlesbrossier@wanadoo.fr
Pierre Cambar – 06 07 43 79 53 – pierre.cambar@gmail.com

Pour une livraison, de préférence par vos soins, dans les locaux de la Banque avant le vendredi 15 avril 2016, merci de bien vouloir contacter Eric Marty, responsable entrepôt et sécurité au 05 56 43 43 74 ou eric.marty@banquealimentaire33.org.

Du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 14h à 16h.
La Banque alimentaire aide ainsi en Gironde 144 associations et CCAS qui
alimentent un nombre croissant de personnes en situation de précarité, soit
20 000 bénéficiaires/jour en ce début d’année 2016.

Vins : Un « plan Marshall » pour accroître les surfaces de l’IGP pays d’Oc

logo Rayons boissons18 Mars 2016

La croissance de l’indication géographique protégée (IGP) pays d’Oc passe par la plantation de 30 000 hl supplémentaires, pour parvenir à une vitesse de croisière de 8 millions d’hl. C’est le vœu formé par Inter Oc, l’interprofession de la dénomination. Elle représente 120 000 ha à ce jour.

Depuis 2000, le Languedoc-Roussillon a perdu 10 000 exploitations en raison des arrachages de vignes. Pour reconquérir de la superficie, Inter Oc envisage un « plan Marshall » en direction des jeunes agriculteurs de la région. Il devrait se matérialiser sous la forme d’un portage de foncier destiné aux jeunes. La démarche est en cours de réflexion.[C.S.]

Voir aussi le site de Rayons Boissons ici.

Votez

Image21

Soutenez la candidature de Bordeaux aux World Travel Awards.

1. S’inscrire sur le site www.worldtravelawards.com,
2. Consulter sa boîte mail pour valider l’inscription,
3. Rendez-vous sur la page de vote Europe,
4. Sélectionnez la catégorie 25 « Europe’s Leading City Break Destination »,
5. Votez Bordeaux !
Lire tous les détails ici.

Image2

Le jeu trouble de Stéphane Le Foll sur les pesticides

Image1C’est un nouveau signe de l’âpre bataille qui se joue, dans les sphères politiques et scientifiques, sur le dossier des pesticides. Du mardi 15 au jeudi 17 mars, l’Assemblée nationale examine en deuxième lecture le projet de loi pour la reconquête de la biodiversité (…) qui comporte un article consacré aux néonicotinoïdes. Cette famille d’insecticides est reconnue nocive pour les insectes pollinisateurs et, plus généralement, pour l’environnement et la santé. Le ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll, a mis tout son poids dans la balance.

Mais à la différence de la quinzaine d’organisations d’apiculteurs et de défenseurs de la biodiversité (…), ce n’est pas pour convaincre les parlementaires d’en finir avec ces « insecticides tueurs d’abeilles », comme les qualifient les ONG. Au contraire, le ministre s’est adressé aux députés lundi, dans une lettre argumentée, pour les inciter à ne pas se prononcer en faveur d’une interdiction simple et totale. La missive, datée du 11 mars et que Le Monde s’est procurée, s’apparente à un procédé pour le moins inhabituel.

Lire la suite ici. Par Audrey Garric et Martine Valo