Archive for 29 décembre 2015

Conjoncture France

Image1

Décembre 2015

 

12

OIV

Image1Il est intéressant de comprendre la philosophie et les actions de l’OIV, instance de « gouvernance » mondiale du vin.

Transparente dans son fonctionnement, tout le monde peut trouver sur son site, son plan stratégique.

« Le projet de plan stratégique est établi par le comité scientifique et technique, en collaboration avec le directeur général. D’une durée de cinq ans, il définit les orientations des travaux à réaliser par les commissions, les sous-commissions et les groupes d’experts.

Le projet de plan stratégique est élaboré sur la base des propositions faites par les Membres, les groupes d’experts, les sous-commissions et les commissions, appréciées et hiérarchisées par le comité scientifique et technique. lire la suite

Point de conjoncture

Image1L’OIV a publié son second point de conjoncture annuel centré sur trois éléments macro économiques : production, consommation et équilibre du marché. Il complète l’ensemble des éléments 2015 (à retrouver ici).

La production mondiale de vins va demeurer très stable cette année :

Image2D’un millésime à l’autre, les évolutions d’une zone compense celles de l’autre ; en 2015 l’Europe enregistre 4% de hausse de production alors que le reste du monde chute. lire la suite

Déjà 2016 …

o.coco.fr-2640

Où va Bordeaux ?

Les chiffres tombent comme autant de couperets et pourtant rien ne semble troubler Bordeaux : le niveau des cours de vrac (autour des 1 200€ le tonneau pour le rouge) tient lieu de bouée à laquelle se raccrocher ; l’impact de la très faible récolte 2013 permet d’espérer une reprise, des jours meilleurs d’autant que les millésimes suivants sont plus abondants et qualitatifs.

Les résultats pourtant sont têtus : l’export ne repart pas, plombé par le mono marché chinois ; que dire de la France :

Image1la grande distribution, morose pour les AOC, voit Bordeaux sous performer et s’effondrer pour son appellation principale (-40% depuis 2002). Et la faiblesse de la disponibilité n’explique rien tant le phénomène est ancien, durable et massif.

Il se confirme en hard discount (-16%) et à l’export (-9%). Contrairement au passé, la valeur ne sauve pas le bilan avec une baisse globale de 2%.

Comme un paradoxe ultime, de nombreux vignerons voient dans le même temps, leur commercialisation se développer au point de manquer de vin !

Comment comprendre la situation ? Probablement en écoutant les différents acteurs de la filière : certains croient encore à une logique mécanique d’offre et de demande qu’il faudrait connecter, suivre, anticiper, servir.

Ils attendent et constatent…

D’autres moteurs de leurs résultats, vont à la rencontre du marché, des consommateurs et des distributeurs : en phase à sa réalité économique, sa dynamique et son état relatif de pénurie, ils se démènent pour vendre et y arrivent. Leur poids ne suffit pas à insuffler une dynamique collective mais négociants ou producteurs, ils montrent l’avenir : pourquoi tous ne s’y engouffrent-ils pas ?

 

Inno’vin

Image1Trois bonnes raisons de rejoindre Inno’vin : 1/Booster son business par l’innovation 2/Bénéficier de l’accès privilégié à un réseau de professionnels reconnus 3/Une équipe proactive… découvrir la suite ici.

Vin&Société

640px-Lemonde_fr_2005_logo.svg« Aimer le vin, c’est aussi avoir un grain de raison. » Ce slogan illustre une campagne publicitaire censée donner aux Français les « repères de consommation » de vin, baptisés « 2.3.4.0 ». Soit deux verres maximum par jour pour une femme, trois verres pour un homme, quatre en une seule occasion et 0 un jour par semaine. Cette campagne publicitaire lancée par Vin et société est apparue dans la presse et sur Internet dimanche 6 décembre.

Lire la suite ici.

Annonce-Vin rouge

Bordeaux – Cognac

Peu ou pas de synergies sont envisagées entre les deux plus prestigieuses « marques » de la nouvelle grande région… dont on peut donc se demander à quoi elle va servir !

7Les deux voisins, jusque-là si différents, vont-ils se rapprocher ? Et dans quelle mesure ?

Avec l’avènement de la grande région, les équilibres viticoles ne devraient pas être chamboulés. L’Aquitaine est bien campée dans son rôle de vignoble de référence avec le Bordelais en figure de proue. Le cognac est l’eau-de-vie de vin la mieux valorisée de la planète et mise presque tout sur l’exportation. Enfin, le Limousin n’apporte pas de pierre à cet édifice viticole, au-delà de quelques parcelles ici et là.

Lire la suite ici.

Vinipro, c’est fini ?

logoL’édition 2016 est reporté sine die. Dans un communiqué de presse très alambiqué voir incompréhensible (lire ici), les organisateurs du salon  tentent de ne pas utiliser le mot d’annulation et de ne pas justifier leur décision.

Mais sa directrice ne peut cacher qu’existe « un déséquilibre entre l’offre et la demande. Nos avions de forte intentions de visites mais pas d’offre suffisante ». En d’autre terme trop peu d’exposants (un minimum de 400 était espéré).

La concurrence de Vinisud, salon très installé et qui s’ouvre pour la première fois aux Bordeaux, suffit-elle à expliquer cette situation ?

Il est regrettable que Bordeaux ne parvienne donc pas à imposer un salon professionnel opérationnel, en relai du vaste barnum promotionnel de Vinexpo.

Who is bashing Bordeaux ?

Image1Le mot s’est répandu à tort et à travers dans les médias depuis des années. Cette « raclée » est devenue « lynchage médiatique », relayé par internet et les réseaux sociaux… Ce printemps alors que Vinexpo déployait son faste, la presse professionnel viticole française s’est mise à dénoncer un (supposé ?) Bordeaux bashing. Slate.fr résume bien « l’affaire » (lire ici).

Mais en fait de quoi parle-t-on ? Un leader n’est-il pas toujours bousculé, malmené par ses concurrents avides de prendre sa place ?

Le rédacteur en chef de la Revue des Vins de France (dans un numéro spécial consacré à la défense du bordelais) redonne tous les arguments en faveur des produits (soit disant) si décrié de la première région de production au monde :

Image1

lire la suite