Archive for 31 juillet 2015

Tous au restaurant

6

Consultez l’argumentaire ici et la liste des restaurants participants ici.

Contact : claire.bacchiana@vins-bordeaux.fr.

FNSEA aux multiples casquettes

Image1

Les décodeurs du Monde mettent le doigt où cela fait le plus mal :

Que reprochent ses détracteurs à Xavier Beulin, patron de la FNSEA ?

Retour de boomerang pour le patron de la toute puissante fédération nationale des exploitants agricoles (FNSEA). Xavier Beulin, qui était en tête des mobilisations d’éleveurs, est désormais contesté par sa base, et notamment par les éleveurs en colère.

Critiqué pour son train de vie et ses multiples casquettes, M. Beulin a dû se fendre de deux courriers en quelques jours pour tenter de s’expliquer, non seulement sur sa gestion de la crise, mais surtout sur sa propre situation. Car outre son rôle de patron du plus puissant syndicat agricole français, Xavier Beulin est aussi un businessman, à la tête de plusieurs sociétés, qui sont parfois bien loin des préoccupations des éleveurs.

Lire ici la suite de l’article de Samuel Laurent.

8Déjà en 2009, le Groupe de Réflexion et d’Initiative pour la Viticulture en Europe, GRIVE, un collectif éphémère dénonçait cette dérive du monde agricole. lire la suite

Le poids du drive

67Phénomène récent et qui illustre le nouveau visage d’une distribution plus proche du consommateur, le « drive » ne cesse de progresser (+26 magasins pour le seul mois de juin 2015).

6

Lien vers le site internet  de Linéaires : ici.

500 ans d’utopie (3)

6

Thomas More

Dans sa présentation de l’Utopie, Simone Goyard-Fabre* nous éclaire sur cette idée qui depuis le XXVIème enflamme le débat politique et intellectuel : « loin de chercher l’évasion dans un ailleurs idéal, (Thomas More) construit, avec un étonnant réalisme, (..) une autre politique ».

L’utopie se fonde ainsi sur la réalité mais avec une constance : « l’apparemment impossible est (…) plus vrai que réel en sa platitude ».

Ainsi la réforme, comme vœu permanent d’avancée, se heurte à notre vision moderne : l’utopie veut améliorer une situation toujours imparfaite, tenir compte de l’autre comme devant être l’objectif de toute démarche. lire la suite

Les enseignements de la crise agricole

7

© Sud Ouest

A trop regarder les chaînes d’information continue, on peut se demander ce qu’il se passe dans les filières laitières et de la viande en France : en caricaturant à peine, de pauvres paysans ne peuvent plus vivre de leur travail car la grande distribution l’étouffe, lui croquant ses marges.

A grands coups de millions, de plans de sauvetage (le précédent date de 2009 !), les gouvernements successifs tentent, décennie après décennie, d’étouffer le feu qui couve. Ces explosions sporadiques comme ce tintamarre médiatique simplificateur, nous empêchent de voir une situation bien plus simple et les besoins clairs de l’agriculture qui demandent cependant une denrée bien trop rare, le courage politique.

Que nous apprend donc cette énième crise agricole ?

7 lire la suite

Drôle de comm’

cnaoc-logoFortement relayée par les médias spécialisées et les interprofessions, l’accord entre le secteur mondial du vin et la société américaine Donuts fait l’objet d’une étrange communication.

Cette entreprise commercialise des noms de domaines internet thématiques1 et voulait vendre .vin et .wine. lever de bouclier louable et compréhensible du milieu viticole : l’ICANN² refusant le protection de ces noms, l’EFOW3 a entamé une campagne d’information et de lobbying politique qui a conduit a un accord bipartite.

Victoire pour les filières… campagne de presse pour s’en féliciter… mais quand on lit (ici) les propose du Directeur de la CNAOC3, on s’étonne de constater que le contenu de ce « deal » est … confidentiel.

Pourquoi, comment évaluer de la pertinence de ce contrat, de sa pérennité, de sa mise en œuvre même ? Bizarre, vou avez dit bizarre, comme c’est bizarre ! lire la suite

500 ans d’utopie (2)

VisionDETACe que l’idée d’utopie a de moderne, d’actuel se comprend d’abord par l’évolution de sa définition et de sa perception, avant même son influence politique ou sociétale.

Inventé par Thomas More, le mot (re)fonde un genre littéraire de monde idéal inspiré de la Callipolis* de Platon et son contraire la dystopie où se dépeignent des sociétés cauchemardesques. On trouve ici une illustration saisissante des peurs mêlées aux espérances d’aujourd’hui, de notre vie quotidienne.

Rabelais** permet au mot de s’intégrer au vocabulaire commun en tant que gouvernement imaginaire. Peu à peu l’utopie désigne « un projet politique ou social qui ne tient pas compte de la réalité ». Le sens est positif puisqu’il s’agit à partir d’une réalité peu satisfaisante, de créer sans référence au présent, une possibilité d’avenir meilleur.  Cette « qualité essentielle » va subir un lent glissement « faisant de l’utopie un projet irréalisable, voire irréaliste ».

En un siècle, de l’apologie du progrès du XIXe au relativisme distancié du XXe, l’utopie, champ de tous les possibles, devient « chimère, illusion, mirage, rêve… »

De cette aspiration intellectuelle, philosophique, politique, quotidienne,de cet horizon indépassable, nous avons fait un songe puéril, une insulte définitive qui clôt toute discussion, toute perspective.

*dans "La République" 8ème livre
** qui fait de l'abbaye de Thélème la première utopie littéraire française dans "Gargantua"

Grande région sud ouest

1604373140« Sud Ouest », «La Nouvelle République du Centre-Ouest » et le Groupe Centre-France se sont associés pour produire un supplément qui présente la nouvelle région Aquitaine + Limousin + Poitou/Charentes.

Au sommaire : les atouts du nouvel ensemble, (touristiques, universitaires, industriels, forestiers et viticoles), le portrait de neuf personnalités, une étude du littoral, des filières aéronautique, agricole et de la métropole bordelaise.

A lire ici.

La justice valide une campagne publicitaire pour les vins de Bordeaux

Image1Diffuser une campagne de publicité montrant des vignerons un verre de vin à la main est bien légal, a décidé la Cour de cassation cette semaine. La plus haute juridiction française a débouté mercredi l’Association nationale de prévention de l’alcoolisme et de l’addictologie (Anpaa) qui poursuivait, depuis 2004, le Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB) pour cette campagne intitulée « Portraits de vignerons ».
Lire la suite ici.

Magrez, comme un symbole (suite)

Image1Enfin une réaction de la presse viticole à ce qui sera peut-être l’évènement 2015 à Bordeaux. A suivre donc…

« Bordeaux : Bernard Magrez se sépare de ses châteaux non classés » lire l’article ici.