Censée lutter contre les effets néfastes de l’alcoolisme sur les masses populaires, la Loi Evin interdit en effet en France toute publicité de vin ou d’alcool dans une compétition sportive. Aucun domaine viticole français ne peut donc devenir partenaire officiel de la célèbre compétition, alors que certains ne demandent que cela… Râlant, non ? Sinon absurde, pour le moins.

Une aubaine dès lors pour les Chiliens de Concha y Toro qui ont réussi à placer leur vin Cono Sur comme vin officiel du Tour jusqu’en 2017. Mais… pas en France, puisque la loi l’interdit. La voiture publicitaire de ce vin ne sera donc présente dans le cortège que dans les étapes hors de France, c’est-à-dire aux Pays-Bas puisque le Tour démarre d’Utrecht cette fois.

L’an dernier, Concha y Toro avait également sponsorisé le Tour (sans être pour autant vin officiel) et a récemment déclaré que les trois premières étapes de la Grande Boucle en Angleterre lui avaient permis de doubler ses ventes en un an dans ce pays. Un excellent moyen donc de se faire connaître pour la marque qui propose très justement une gamme dénommée « Bicicleta ».

Consolons nos amis français en disant que c’est un viticulteur bourguignon, Martin Prieur, qui a aidé la gamme à se construire et à s’étendre à des cépages plus typiquement chiliens, comme le carmenère notamment. Aujourd’hui, le domaine a converti ses 40 hecatres en agriculture biologique où des oies et des chèvres cohabitent avec la vigne pour éliminer les insectes nuisibles aux raisins.

En vente au Colruyt (6,99 euros) ou chez Mig’s World Wines (8,50 euros). »

http://www.lesoir.be/103013/vins

Commentaire : une bonne détourner habilement la loi Evin … on peut se demander pourquoi les vins français n’en profitent pas !