Archive for 27 janvier 2015

La proximité, vent en poupe

La vente directe ne cesse d’hésiter en stabilité et régression ; les sites internet spécialisés tardent à prendre leur essor (les ventes de vins via le net ne pèsent qu’1%). La croissance semble depuis quelques années, être portée par les réseaux de proximité (supérettes et petits supermarchés, magasins de détails) qui pèsent aujourd’hui 6% de la distribution du vin.

Les Drive installés tout autour des grandes surfaces constituent aussi un relai nouveau de croissance (ils représentent déjà 4,6% de la distribution).

En parallèle, le renouveau des cavistes est porté non plus par les indépendants traditionnels (en chute continue) mais par les GSS (grandes surfaces spécialisées) comme V&B (voir leur site ici) et la constitution de réseau de cavistes regroupés fédérés sous une même enseigne.

Ainsi se maille une nouvelle forme de commerces, plus adaptée au monde moderne branché, zappeur et exigeant, une mine de potentiels clients pour les producteurs.

Consommation France

Voici la synthèse des derniers chiffres définitifs publiés par France Agrimer (et validés par l’OIV) sur la consommation de vins en France :

2

en milliers d’hectolitres

1

en milliers d’hectolitres

logo-franceagrimer

source

Votez

best-destination-2015

Meilleures Destinations européennes est une organisation basée à Bruxelles et développée pour promouvoir la culture et le tourisme en Europe. En partenariat avec les offices de tourisme adhérents (plus de 150), elle favorise une meilleure compréhension de la richesse, la diversité et la qualité des destinations européennes.
S’adressant à un auditoire de e-citoyens européens, elle joue un rôle important dans la promotion de l’Europe comme destination numéro un dans le monde. Il est devenu le lieu de rencontre pour les offices de tourisme et les voyageurs du monde entier, une passerelle principale à la découverte de l’Europe.

image

 

Vous pouvez aujourd’hui voter pour la meilleure destination 2015 pour laquelle Bordeaux concourt en cliquant ici.

 

 

Idées commerciales grande distribution

Rayon Boissons

source principale

Connaissez-vous les supermarchés Bi1, le groupe Dia, les supérettes de montagne Sherpa ? Retrouvez dans un document complété, le panorama de la grande distribution en France : profil, liste des enseignes par groupe et surtout, noms, adresse et téléphone des principaux acheteurs de vins ; il vous suffit de cliquer ici.

lire la suite

Volume contre valeur

Parti pris & point de vue

La France aime à se réfugier derrière les statistiques de valeur qui, de part ses produits très qualitatifs, lui donnent souvent une impression de leadership. Plus encore, beaucoup de producteurs, de metteurs en marché comme de décideurs se persuadent de cette nécessaire course à la valorisation. Loin de vouloir cantonner aux entrées de gamme et aux premiers prix peu rentable les vignerons, je les invite, comme d’autres, à se pencher sur une inversion de ce paradigme : et si la solution était dans la part de marché volume ?

Bordé par un prix minimum au dessus du coût de revient, cette logique oblige à commercialiser ce que je produis, plus encore ce que m’offre mon potentiel de production (par exemple au niveau national 790 000 hectares x 60 hl/ha = 47,5 millions d’hl). Si je suis contrains à baisser mes prix tarif pour vendre et que légitimement, je ne veuille pas casser mon image, alors me voilà contraint à maîtriser mon prix de revente au consommateur final (PVC).

Je m’explique … si mon tarif est de 3,8€ HT départ pour cibler un PVC à 5,95€, je ne peux accepter de voir partir mes bouteilles à 1,9€ (mon prix minimum) pour qu’elles se retrouvent à 2,9€ sur un catalogue d’un grand distributeur. Mais si ce dernier présente mon vin à 5,95€ 1 achetée = 1 gratuite soit 2,97€ la bouteille, je ne détériore pas mon image auprès d’un consommateur qui profite d’une (très) belle opportunité sur un vin cœur de gamme pour acheter un carton. Et une fois passé le catalogue, il sera heureux de prendre une bouteille de mon vin de temps à autre à 5,95€.

…si cette promotion me permet d’écouler toute ma production, ne sera-t-il pas temps après, de chercher à gagner en valeur. N’est-ce pas plus simple de travailler, de réfléchir le ventre plein et le chai vidé ?

Conquérir plutôt que subir, vendre ce que l’on peut produire plutôt que s’acharner en vain à tenter de faire coller offre et demande, franchir des paliers de valeur progressifs plutôt que de se retrouver écarteler entre générique à 1 150€ le tonneau et premiers grands crus classés à 1 150€ la bouteille (en exagérant à peine !), satisfaire un marché qui manque de volumes et un consommateur en quête de fidélisation… que ne voici des objectifs louables et au final plus rentables.

Bien sur, il se trouvera des économistes et des théories pour contredire ce point de vue. Mais je trouve moi une aptitude à mobiliser dans ce mélange de réalité et d’utopie. Un concept sur lequel je reviendrai dans un prochain « parti pris ».

Communiquer

Image4Dans le cadre des « journées pour mieux vendre son vin » des Blaye Côtes de Bordeaux, deux sujets clés ont été abordés.

Pour bien communiquer aujourd’hui, il convient de tenir compte du récepteur des messages que nous émettons : le lecteur de nos plaquettes, de notre site internet, l’acheteur face à nos documents de vente. Il ne s’agit donc plus seulement de produire et de diffuser des contenus mais de répondre à leurs attentes. Lire ici la fiche complète.

L’étiquette reste le 1er vecteur de ma communication. Si je tiens compte des attentes des consommateurs, je peux améliorer l’impact et l’efficacité de ma communication. Lire ici la fiche complète.

AppleAndKoffeeGrâce au partenariat avec Apple&Koffee, retrouvez ici comment réaliser un bon brief de votre agence de communication ou de votre imprimeur pour qu’il vous apporte l’étiquette ou le projet qui vous correspond.

Réponse de l’Anev

1Voici le contenu du mail transmis par Jean-Benoit Kremer, permanent de l’association, en réponse aux questions posées sur l’ANEV (à relire ici):

« Budget : l’ANEV est uniquement financée par ses membres à travers leur cotisation. Je suis l’unique employé à temps partiel de l’association.

Les régions viticoles décident elles-mêmes si elles souhaitent adhérer ou non à l’association

La liste des élus et des collectivités n’apparait pas sur le site car ce dernier va bientôt être mise à jour. Elle sera publié lorsque le « nouveau » site sera opérationnel

Les partenaires sont simplement des structures avec lesquelles nous avons l’habitude d’échanger et de travailler.Enfin, vous trouverez ci-joint un dossier de presse sur l’ANEV, qui détaille l’histoire de l’association et son rôle ainsi que la biographie de ses deux coprésidents » (à lire ici).

On ne peut que regretter que l’ANEV ne donne pas plus d’informations : liste des élus et budget notamment.

Vin sur internet

Illustration des difficultés de la vente directe y compris sur internet, 1885.com a été liquidé définitivement.   Voici l’article de Jean-Pierre Stahl :

1« Le site 1855.com qui avait défrayé la chronique en ayant des retards phénoménaux sur la livraison de ses commandes, quand celles-ci étaient honorées, vient de fermer boutique définitivement. Une triste histoire pour tous ces acheteurs comme Sébastien qui témoigne et a perdu des plumes… Réactions des avocats des victimes, de 1855 et d’autres sites de vente en ligne.
lire la suite

Vin & dessins

1Rayon Boissons publie les photos réalisées au Leclerc de Neuchâtel-en-Bray (76). Depuis 2010, ce sont en effet les dessins de Wolinski qui balisent le rayon vins de ce magasin. Les grands vignobles de l’Hexagone sont en effet signalés par des séparateurs noirs illustrés par des dessins de Wolinski.

De notoriété publique, la passion de Michel-Edouard Leclerc pour la bande dessinée explique cette initiative de la centrale nationale du groupement. La collaboration entre Leclerc et Wolinski ne datait pas d’hier. Le caricaturiste a illustré en 1991 les publicités comparatives de l’enseignes. A (re) voir ces dessins qui fleure bon la réclame d’antan…

Et on en profite avec un florilège de bons dessins…

 

lire la suite

Les lobbies et le vin (suite)

1Au milieu du duel que se livre l’Anpaa et « Vin et société », l’Anev se présente comme un réseau d’élus de tous bords dont le but, très politique, revient à influencer les décisions publiques.

Constituée de 107 parlementaires, elle unit surtout 490 collectivités (3 régions Bourgogne, Languedoc-Roussillon et Rhône-Alpes, 10 départements* et donc plus de 475 communes et communautés). Bizarrement, sur le site de l’association (voir ici), la liste des élus et collectivités locales membres n’apparaît pas.

Quel est donc le but de l’Anev ? lire la suite