Archive for 28 octobre 2014

Production mondiale très moyenne

L’OIV a publié ses prévisions de récolte mondiale 2014 : avec 16,7 millions d’hectolitres en moins par rapport à la campagne 2013, le volume produit couvre à peine les besoins (243 millions de consommation, 25 à 30 millions de produits issus du vin – alcools, vinaigres, etc.). Tableau-production-OIV_gallerieComme depuis 3 ans, le marché mondial (consommation et exportation) sera donc bridé par des disponibilités trop faibles pour en assurer la croissance. Grâce aux faibles niveaux espagnols et italiens, la France retrouve sa place de numéro 1 ; en profitera-t-elle pour reconquérir des parts de marché à l’export ? Les chiffres de vente 2014, en recul, laisse hélas entrevoir qu’il n’en sera rien.

Avec 782 500 hectares de vigne (dernier recensement France Agrimer) dont 62% en AOC, le potentiel de production français se situe entre 45 et 50 millions d’hl par an. Sur cette base là pourrait se construire une stratégie nationale de commercialisation intérieure et export…

A moi de juger…

Je suis surpris (faut-il s’en réjouir ou s’en inquiéter ?) de la vague de fréquentation et de commentaires qu’engendrent les articles « auto centrés » (Vino Business, la publicité 2014-15 du CIVB) par rapport à ceux plus « ouverts » (le marché, les idées commerciales). Il en va ainsi entre ce qui touche à la sensibilité et ce qui mène à l’action ; sans jugement de valeur car comment évaluer la situation particulière de chacun, cela en dit long cependant sur notre capacité à nous indigner et notre difficulté à nous engager.

Car que dit la nouvelle communication de l’interprofession bordelaise ? Tout d’abord, elle assume une rupture franche avec ces prédécesseurs : elle cherche une image décalée et moderne, hors de celle classique du seul château et des grands vins. Exit les belles photographies, les grands noms, les artistes, les mises en scène. Cette approche très léchée mais peu empathique laisse place à une redécouverte de l’immense variété des vins, symbolisée par des couleur s tranchées et des dessins illustrant les de Bordeaux.

Que l’on aime ou pas – cette subjectivité importe peu-, elle interpelle et provoque la réaction. Elle insiste surtout sur le « nulle part ailleurs », l’unicité des vins bordelais par rapport à tous les autres, ceux du nouveau monde surtout, plus uniformisés. Elle cherche à retisser le lien terroir, le lien humain.

Bien sur, elle garde des faiblesses, celle liée à son côté institutionnel qui empêche une approche argumentative (s’adresser au lecteur « vous », plutôt que de parler de soit à la première personne « nous »). Il me semble qu’elle offre des visuels et des supports intéressants d’aide à la revente (PLV à demander au service marketing du CIVB).

Infographie

Une illustration simple, parlante de la situation de Bordeaux sur cette année 2014…

Image1Image2

à voir en détail ici.

Depuis le début de l’année, la situation des vins français à l’export se dégrade, tant en volume qu’en valeur : faible récolte, absence de dynamique commerciale, les raisons s’accumulent d’une position fragilisée depuis plus de 10 ans. Le leader bordelais donne le ton, en étant deux fois moins performant encore que l’ensemble.

Seule exception à noter, la tendance très favorable des vins blancs : les secs progressent de 4% en volume et 6% en valeur.

Sources Infogr.am & Les mots du vin.

A vous de juger…

get-attachment.aspx

A vous de juger …

…la nouvelle campagne publicitaire du CIVB. Les visuels :

CIVBLe « teaser » vidéo : cliquer ici.

lire la suite

Les lobbies et le vin

Le lobby* fut créé par les britanniques au XIXème siècle, au sein de l’assemblée comme lieu d’échange entre élus et groupes de pression. Très ancré dans la culture anglo-saxonne où il est souvent soumis à des règles législatives (comme aux États Unis ou au Canada) , il a envahi l’espace politique européen de façon plus subtile et moins assumée : cette absence de clarté a petit a petit conféré au mot un aspect négatif et son rôle passe, dans l’esprit du public, de l’influence à la corruption.

Son importance va pourtant grandissante dans tous les milieux et les sphères professionnelles investissent beaucoup d’argent pour peser sur les décisions politiques et voir triompher leur point de vue, leur intérêt particulier. Dans le monde du vin, plusieurs lieux de pouvoir, institués ou plus secrets, s’établissent en lobbies.

Image1Le premier d’entre eux, honni par les producteurs de vin, détesté par les tenants du bon goût à la française, est pourtant une simple association créée en 1985, l’ANPAA. lire la suite

Etudes

Deux études intéressantes.

présente une analyse des blogsesc-dijon sur le vin à l’international : à lire en français ou en en anglais.

 

Image4a publié pour Arbio (Association Interprofessionnelle Bio Régionale d’Aquitaine) une approche quantitative et qualitative poussée sur les consommateurs français et le ‘bio’ aujourd’hui (à découvrir ici).

Repères économiques

Toujours intéressante, la plaquette « repères économiques » du CIVB (lire ici) présente le regard, l’analyse que porte l’interprofession bordelaise sur les chiffres clés de la filière. Pour ma part, je retirerais quelques données qui me semble pertinentes et peu exposées.

Image2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ici, se démontre la convergence entre consommation de bières, de spiritueux et de vins dans la monde : les pays traditionnellement sur consommateurs de l’un de ses produits, le voit s’éroder au profit d’un autre.

Image3Et si un jour, les chiffres convergent vraiment (autour de 25/30 litres par an et par personne selon les projections), il est incroyable de penser à ce que pourront être les volumes consommés aux États Unis (à seulement 9 litres aujourd’hui) ou en Chine (toujours absente du top 15).

Cette croissance future explique l’appétit des investisseurs pour ce marché.

 

 

 

 

 

Enfin, à rebours du déclinisme ambiant, la dynamique de l’export est tirée par la « vieille Europe ».

Image1

Aquitaine export

Image1Je serai présent comme exposant à la journée Aquitaine Export (voir ici le programme). Pour tous vos projets de développement export, n’hésitez pas à prendre rendez-vous par mail fabricechaudier@aol.com. Faites-le savoir autour de vous.

Je vous attends nombreux !

Image2