Archive for 16 septembre 2014

Biodynamie viticole : quel bon vin vous amène ?

telerama_nouveau-logoMême Télérama s’y met. La couverture à la une « choc »  annonce un ton que l’on croit agressif : « ces Bordelais qui parient sur la biodynamie : enfin du bon vin !. Et puis le ton de l’article s’adoucit, non sans avoir repris les arguments anti agriculture « chimique » ; à découvrir donc ici dans son intégralité.

Image1

b

b

b

« Ils ne sont encore qu’une poignée dans le Bordelais, mais leur conversion à la biodynamie secoue déjà la région. Grâce à ces vignerons qui ont dit non à la chimie, la terre retrouve son environnement naturel et le vin revit. Rencontre avec cinq aventuriers.

lire la suite

Importations : étranges vins étrangers

On assiste depuis la fin de l’année dernière -effet des faibles campagnes successives ?- à un débat autour de l’utilité de produire plus afin de concurrencer les importations de vins étrangers. En croissance, elles prendraient une part que les vins de France (ex-de table) pourraient occuper.

Il est toujours utile de regarder la situation pour forger son opinion et trancher.

Importations françaises en millions d'hl  (source : Global Trade Atlas)

Importations françaises en millions d’hl (source : Global Trade Atlas)

Ainsi tout d’abord, la France est le 4ème importateur mondial, loin cependant de l’Allemagne (plus de 15 millions d’hl), du Royaume Uni et des États Unis (plus de  12 chacun). lire la suite

Logo2

Voici le premier site de financement participatif dédié exclusivement au monde du vin : on peut s’inscrire pour déposer un projet (catégories : « adoptez une vigne », « vignoble », « chai », « bio & nature », « oenotourisme », « caviste », « culture » et « innovation ») et ainsi co-financer l’achat de matériel ou son projet ; il est bien sur possible à l’inverse de participer en soutenant l’initiative d’un vigneron (site Fundovino).

lire la suite

Les Français et le vin

logoDans le dernier numéro de « Terres de vins », un sondage éclairant , nous apprend que 71% des Français disent ne pas connaître le vin (dont 43% « pas du tout »). Seuls 3% semblent de réels connaisseurs (les 26% restant se définissant « amateurs », c’est-à-dire qu’ils pensent connaître « assez » le vin).

Plus intéressant, le vin reste un fort marqueur social puisque 43% des cadres et professions libérales disent connaître le vin, contre seulement 30% des professions intermédiaires, 20% des employés et 16% des ouvriers.

Ainsi, l’image du vin comme produit peu accessible financièrement et lié à des codes culturels et éducatifs, continue à dominer la société. S’il provoque un forte adhésion (78% des personnes approuvent son classement au patrimoine gastronomique), le vin se tient « à distance » d’une grande majorité de Français (jeunes et femmes en tête).

Un énorme travail marketing et informatif est donc nécessaire pour combler un tel fossé entre réalité et perception. Où l’on constate le faible impact de la presse et des campagnes promotionnelles !

Volume, prix & conséquences (suite)

La politique volontariste de réduction de « l’offre » par la baisse de la production porte ses fruits ! Les arrachages successifs et subventionnés, bien soutenus par des conditions climatiques défavorables, ont conduit à une baisse des rendements moyens de plus de 20% entre 2004 et 2013.

Surface viticole française

Surface viticole française

Plus significative, la moyenne décennale est passée de 52 à 48hl/ha pour les AOC (-7,7%). Or, les surfaces en production se sont repliées dans les mêmes proportions (la France a perdu 7,3% de son vignoble soit -35 000ha !).

Quelle peut-être la conséquence de ce phénomène ? A Bordeaux, le millésime 2013 offre une réponse cinglante : privées de volumes (-35%), les appellations « régionales » ont vu leurs prix grimpé de 4 à 9% (pour une hausse des cours en moyenne de 20%) mais surtout leurs ventes en grande distribution, dégringoler de 7 à 9% (soit plus de 7 millions de cols perdus) en moins d’un an et dans un contexte pour elles déjà fortement à la baisse.

Si l’on se réfère au passé, les vins blancs de Loire n’ont pas depuis retrouvé leur part de marché abandonné suite à la faible récolte en 2008 et à l’envolée de leur prix de vente.

Vino Business à la télé !

vinoLundi 15 septembre sur France3 et à 20h45, sera diffusé le document tiré du livre Vino Business suivi d’un débat sur les différentes façons de conduire la vigne et de vinifier. En présence de certains « acteurs » du livre comme Dominique Techer, Michel Rolland ou Stéphane de Renoncourt. Cela promet ! Voir les présentations vidéo ici.