Archive for 29 août 2014

Commentaire volume & prix

La suffisance d’un certain nombre de négociants devrait créer une révolution dans le milieu fermé des opérateurs œuvrant avec le CIVB. Depuis des siècles, ce sont toujours les mêmes qui prennent les risques, et toujours les mêmes qui empochent des bénéfices sur le dos des producteurs. A force de se coopter et de considérer comme pestiférés ceux qui ne voient pas du même œil, nous arrivons dans un immobilisme dramatiquement étouffant pour la totalité de la filière viti-vinicole bordelaise.

030729-1-k586-06

Loïc de Roquefeuil(Saint Léon – 33)

http://www.chateaudecastelneau.com

Volume & prix

Ainsi, le millésime 2014 devrait être quantitativement de bonne tenue : annoncée à 5,5 millions d’hectolitres, la récolte bordelaise permettrait d’oublier une année noire. 

Les autorisations demandées pour les rendements traduisent cette volonté de rentrer un maximum de volume. Pour les AOC « génériques » en rouge, 57hl/ha (+5 de VCI) donneraient un niveau inédit depuis plus de 10 ans ; en blanc sec et rosé, les 70 hl/ha (65+5) seraient même atteints !

Il faut se réjouir de ces données tant l’importance du volume est primordiale à la fois pour ouvrir la possibilité de rentabilité économique des exploitations mais aussi (surtout) pour approvisionner un marché sous producteur. Les parts de marché abandonnées ne peuvent se reconquérir sans de significatives disponibilités.

Un « sourcing » garanti est devenu l’argument numéro 1 pour les acheteurs de la distribution : deux grandes enseignes internationales se sont « couvertes » en achetant 18 mois à l’avance des vins parfois non encore produits !

La crainte légitime de la production est de voir les cours repartir à la baisse : les syndicats espèrent au mieux les voir se maintenir à 1 100€ le tonneau pour les bordeaux rouges, ce qui n’est quand même pas beaucoup. Il est temps pour les vignerons de casser cet effet ciseaux, ce rapport obsolète entre offre et demande.

La commercialisation qui revient à ne pas vendre un vin mais un concept, une réponse aux besoins des distributeurs ET des consommateurs, donne les clés pour atteindre cet objectif : le prix « marché » est le prix de vente consommateur, celui qu’il est prêt à donner à un produit. La préoccupation majeure des acheteurs se centre sur la revente et non sur le prix d’achat, sur les services autour du vin (budget marketing, suivi, approvisionnement) et non sur la seule qualité du contenu de la bouteille.

Souhaitons que la campagne 2014/15 aille dans ce sens et donne en retour aux vignerons la valeur réelle et méritée de leur travail.

Vino Business (4) : ce qui est tu (suite et fin)

vinoLa même approche journalistique (rigueur, témoignages, exemples chiffrés, recoupements) pourrait être mis au service d’une enquête sur la gouvernance des filières. Ici, Isabelle Saporta évoque  le Ministre de l’Agriculture et son administration qui ont laissé pouvoir et initiative aux instances locales. La répartition et surtout l’utilisation des subventions sont à peine effleurées. lire la suite

Récolte 2014 haute en France, conséquence à Bordeaux

logo-franceagrimer

France Agrimer a publié sa prévision de récolte pour le millésime 2014 : avec 45,4 millions d’hectolitres, la France devrait enregistré une « bonne année » en volume (+10% vs 2013 et +2% vs moyenne quinquennale). De plus et d’après son Président, « l’état sanitaire de la récolte » ne suscite plus d’inquiétudes dans aucune région.

lire la suite

La France qui innove

logo_huffingtonClassement Forbes : 8 entreprises françaises parmi les plus innovantes au monde.

La nouvelle ravira ceux qui perdent espoir sur le potentiel industriel français. D’après le dernier classement Forbes des entreprises les innovantes du monde, la France parvient à offrir huit groupes. En 13ème place du classement général, c’est le groupe Hermes qui arrive en tête du tissu tricolore. Le second français est Iliad qui occupe la 29e place (juste devant Netflix). Viennent ensuite Essilor (49e), Bureau Veritas (50e), Dassault Systemes (56e), Pernod Ricard (69e), Danone (86e) et Sodexo (89e).

Avec ces entreprises, la France est le deuxième pays le plus représenté du classement mondial.

lire la suite

Commentaire Vino Business

Bonjour,

Encore moi mais le sujet m’intéresse ! Sans rentrer dans les détails, notre époque intelligemment mais confusément se pose des questions.

Le vin est un produit sacré que l’on a mis au rang d’œuvre d’art ce qui a profité aux grands gourous (Rolland, Dubourdieu …) ; restons terre à terre et revenons aux 95% de ceux qui en vivent et qui le font c’est à dire des artisans vignerons. Il y a bien une recette pour faire du vin et abordable par tous mais la différence vient du terroir, des cépages … Ne nous trompons pas, ceux qui transforment l’œuvre en art sont les dégustateurs et les consommateurs, laissons leur ce pouvoir et je pense qu’il y aura moins de dérives.

lire la suite

La France championne des versements de dividendes

Image1Sans mauvais esprit ni parti pris, un article pour s’interroger sur la France, telle qu’elle va.

« Les dividendes versés par les entreprises cotées ont fortement progressé dans le monde au deuxième trimestre, de 11,7 % par rapport l’année précédentes, selon une étude publiée lundi 18 août.. Ils s’enregistrent à 426,8 milliards de dollars (environ 318 milliards d’euros). C’est en France que la rémunération distribuée aux actionnaires connaît la plus forte hausse avec 40,7 milliards de dollars distribués (+ 30,3 %), ce qui fait du pays le plus important payeur de dividendes en Europe, devant l’Allemagne et le Royaume-Uni, révèle l’étude. lire la suite

Vino Business (4) : ce qui est tu

vinoLe grand livre sur la viticulture française reste encore à écrire. C’est le sentiment qui domine quand s’achève le « Vino Business » d’Isabelle Saporta. Son enquête a le mérite de porter le fer là où cela fait mal, au cœur du fleuron des grands vins : ce luxe si porteur d’image tourne aujourd’hui à vide, ne joue plus son rôle de locomotive et surtout, elle le démontre preuves à l’appui, se noie dans un cercle consanguin de magouilles et de coups tordus. Mais, s’il est donc louable et utile de dénoncer tout cela, où sont les 95% de vignerons hors des crus classés, des classements bidonnés et de la spéculation foncière ?

lire la suite

Vino Business (3) : ce qui est révélé (fin)

vinoLa conséquence la plus directe de toutes les étranges évolutions pointées du doigt par Isabelle Saporta est l’uniformisation des vins. Les « wine makers » devenus des stars internationales (Rolland, Thunevin, Dubourdieu, Lurton, De Renoncourt), répandent dans le monde entier le goût « à la Parker ».

lire la suite

La France est-elle vraiment la première destination touristique mondiale ?

Image1« Avec 84,7 millions de touristes étrangers en 2013, la France demeure le pays le plus visité au monde ». C’est fort de cette bonne nouvelle que le ministère de l’économie s’est félicité du dynamisme du tourisme français, qui ne semble pas connaître la crise.

L’indicateur choisi par la direction générale de la compétitivité de l’industrie et des services (DGCIS) est en effet sans appel : la France devance largement les États-Unis et l’Espagne en termes d’entrées de touristes.

Produit de la traditionnelle enquête annuelle auprès des visiteurs venant de l’étranger (EVE), ce chiffre est en phase avec les données des organismes internationaux (voir les infographies ici). lire la suite